Les Quotidiennes, 3.10.2007

<p>
    <span style="font-family: FontName,Arial; color: rgb(0, 0, 0);" class="Apple-style-span"><span class="Apple-style-span" style="font-size: small;" mce_style="font-size: small;"><span class="Apple-style-span" style="font-family: Times; font-size: medium; " mce_style="font-family: Times; font-size: medium; "><span style="font-family: FontName,Arial; font-size: x-small;">© Les Quotiennes, 071003<br>
    <br>
    </span></span><span class="Apple-style-span" style="font-family: Times; font-size: medium; " mce_style="font-family: Times; font-size: medium; "><span style="font-family: FontName,Arial; font-size: small;"><b>Vous aussi, vous aimeriez figurer sur une page de calendrier sexy?<br>
    </b></span></span><span class="Apple-style-span" style="font-family: Times; font-size: medium; " mce_style="font-family: Times; font-size: medium; "><span style="font-family: FontName,Arial; font-size: x-small;"><br>
    Alors que les calendriers sexy fleurissent, Monique nous fait part de sa jalousie. Elle aussi, aimerait qu'on la prenne en photo à quatre pattes dans un champ.<br>
    <br>
    «Chères Quotidiennes, cela fait plusieurs années que j'assiste, à l'automne, à la sortie de presse de calendriers sexy. Je suis jalouse de toutes ces femmes qui sont parvenues à trouver leur moi(s): joueuses de rugby, de foot, pompières et même paysannes. Je ne fais partie d'aucun de ces groupes. Comment faire pour moi aussi exposer mon corps sur papier glacé?» Monique.<br>
    <br>
    Chère Monique, Vous avez raison. Le siècle nouveau a été le témoin d'un grand progrès. Les calendriers dénudés ne sont plus l'apanage des pin-up posant sur motos et camions rutilants, ni des stars de Pirelli. Ils se sont démocratisés: les pompiers d'Auvernier, les douanier suisses, les basketteurs du club LNA de Meyrin-Grand-Saconnex, les basketteuses du Meyrin Lancy Basket féminin, les joueuses de volley de l'Université de Neuchâtel, les footballeuses et les joueuses de rugby d'Yverdon, les hockeyeurs lausannois, les vignerons «grêlés» de Lavaux, les paysannes suisses et autres se sont tous dénudés pour mieux égrener le temps.<br>
    <br>
    Alors pourquoi pas vous? Vous n'êtes pas la seule à vous poser la question. Il y a en effet de quoi être jalouse. Prenons le «Calendrier Paysan», qui vient de sortir. Comment a bien pu faire cette Aurélie, inconnue jusque-là, pour faire la une du Matin Bleu en string? Et pour inspirer le commentaire flatteur du journaliste «elle illumine le mois d'août à quatre pattes dans un champ de tournesols»? Car c'est bien cela l'enjeu, se faire connaître. Se mettre en valeur. Faire découvrir ses qualités. Se faire aimer.<br>
    <br>
    Mais comment? Nous y venons. Faites-vous passer pour une paysanne et rendez-vous à la prochaine Berner Ausstellung (BEA, sorte de comptoir bernois) où a lieu la finale de la sélection des modèles du «Calendrier Paysan». Pour mettre toutes les chances de votre côté, présentez au jury des photos de vous. Demandez à votre frère de les faire plutôt qu'à votre meilleure amie, qui risquerait de vous piquer votre idée.<br>
    <br>
    Vous verrez, ce n'est pas compliqué. Inspirez-vous du calendrier. Détendez-vous: ce sont des photos amateur et ça se verra, c'est justement le but. Ne dépensez pas trop, des dessous de l'EPA feront l'affaire. Mais choisissez-les assez transparents pour que l'on puisse voir que vous vous êtes mise à l'épilation intégrale, comme Sandra-mois-de-septembre. Renforcez votre côté nature en rendant une marque de bronzage visible, comme Martina-mois-d'octobre. Montrez que vous êtes une femme de bon goût, comme Caroline-mois-de-juillet, dont le body bleu ciel est assorti à la moissonneuse batteuse. Enfin faites sentir votre amour pour les bêtes, comme Barbara-mois-de-février, qui laisse délicatement passer deux porcins entre ses jambes écartées.<br>
    <br>
    Et surtout, faites-vous encourager par les personnes qui comptent le plus dans votre vie. Cela vous donnera toute la confiance en vous dont vous aurez cruellement besoin au moment de vous dénuder. «C'est mon mari qui m'a incitée à m'inscrire», dit Caroline-mois-de-juillet. «C'est mon père qui a eu l'idée de participer», dit Aurélie-mois-d'août. Alors vous aussi, faites vous encourager par eux, qui seront si fiers de votre réussite. Bonne chance!<br>
    <br>
    PS: Au fait, Monique, est-ce vraiment votre prénom?</span></span></span></span></p>

Presseartikel 2014

Presseartikel 2010